La ruche, les abeilles et les hommes

L'abeille sentinelle de l'environnement. L'homme est Il devenu inconscient en ne réalisant pas  à quel point il change la réalité naturelle!!! A contrario, des actions localisées en ville permettent le développement de nos petits insectes, par exemple à Paris où les pesticides et insecticides sont interdits. Les abeilles sont un trésor pour son miel, mais aussi pour son irremplaçable œuvre de pollinisation sans laquelle nous n'aurions plus de fruits et légumes à déguster. L'abeille est perçue comme une sorte de miroir de l'humanité et baromètre de son destin. Un miroir magique, nous disent Pierre-Henri  et François Tavoillot dans leur formidable livre  L'abeille et le Philosphe, <miroir magique qui détiendrait cla triple faculté de refléter, de modifier et de prédire la vie des hommes>. Il ne s'agit donc pas uniquement de nous alerter sur la question essentielle de la préservation de la nature, mais aussi <de révéler en contemplant l'abeille comment vivre, comment vivre bien, comment vivre mieux, comment devenir sage, comment échapper à la mort.>  Je vais vous conter mon approche et mes actions concernant les abeilles, 

                                                   ————————————–

J'ai commencé ma réflexion à partir du concept flou et abstrait du Développement Durable. Comment rendre concret ce concept pour permettre aux habitants de notre collectivité (Olivet) où j'étais élu, de modifier leur comportement dans leur vie de tous les jours? J'ai monté deux actions l'une sur le déplacement à vélo, l'autre concernant l'abeille en créant une association <L'Abeille Olivetaine>, objet de ma présente réflexion pour introduire ma réflexion plus large concernant l'abeille.

L'abeille olivetaine a pour objectif d'aider les particuliers qui souhaitent gérer une ou plusieurs ruches chez eux ou dans un espace partagé. À partir de cet objectif, des cessions de formation sont animées en ateliers pratiques et cours sur les abeilles. Des actions pédagogiques de sensibilisation sont montées dans les écoles d'Olivet et au Parc Floral de la Source. Notre participation aux semaines du Développement Durable et autres manifestations tant à Olivet qu'auprès des communes de l'agglomération orléanaise témoignent de notre vitalité, dynamisme, et influence. Par exemple, en sensibilisant les agents municipaux gérant les espaces verts de notre commune à la bio diversité, à ne pas utiliser les pesticides et autres produits chimiques…Notre association monte en puissance grâce au dévouement et compétence de son President Raphaël qui essaime son savoir et son savoir-faire. Le travail de nos nombreux bénévoles adhérents, prolonge le travail de notre président.  Aujourd'hui, c'est près de 100 adhérents que compte l'association gérant près de 250 ruches !!! Étonnant non ? 

Fort de cette exprerience, je me suis interrogé sur l'opportunité d'implanter  des ruches dans mon jardin. La réponse fut rapide, j'ai commencé par une ruche puis l'année d'après une deuxième et la première ayant essaimmé, j'ai récupéré l'essaim et installé une troisième ruche.  

La localisation de ce rucher fut le fruit d'une intéressante réflexion à la fois pour le confort des abeilles et l'organisation de mon jardin. (Voir l'article onglet France <garden art à Olivet, un processus sans fin>. Les jardins de mes voisins, et le mien à partir de ses 4 séquences sont enrichis de la présence de mes 3 ruches. Le rucher tourné vers l'Est est placé dans la deuxième séquence, après le jardin d'agrément que l'on découvre en ouvrant la porte qui les sépare. Une jachère fleurie à la place du jardin potager que nos déplacements trop fréquents ne nous permettent pas d'entretenir, des arbres fruitiers, des acacias, noisetiers, noyers, érables, charmes, hêtres, tilleuls… tout en verdure et à peine 100m, le Loiret. Un environnement  de rêve pour nos petites abeilles. 

L'association prête à ses membres du matériel pour assurer ses récoltes, en 2015 ma production a été de plus de 40kg, en installant un petit laboratoire mobile dans mon salon: seaux, désoperculateur avec couteau chauffant, filtres, petite centrifugeuse manuelle permettant de placer 3 cadres. C'est 9kg que j'ai récolté début juin. 

                                              ——————————

A ce niveau de mon propos, je vous relate la rubrique lue dans la Gazette du Cercle de l'Union Interalliée, concernant leurs abeilles. Il est rappelé que Napoléon avait fait de l'abeille, symbole d'immortalité et de résurrection, l'emblème principal de ses armoiries. Le fabuleux manteau porté lors de son sacre de 1804, est brodé en fil d'or d'abeilles. J'en cherchais les raisons qui ont amené Napoléon à faire broder ainsi son manteau. En cherchant sur Internet j'ai trouvé cet article de madame Marie-Cécile Mary directrice du domaine apicole de Chezelle. 

<Lors de son couronnement, en 1804, Napoléon Ier apparut avec un manteau brodé de 1500 abeilles d’or. L’insecte, devenu emblème de l’Empire avec l’aigle, remplaça la fleur de lys. Retour sur cette symbolique forte de l’abeille, qui entretient, depuis toujours, un rapport au divin.>

Certains disent de l'abeille qu’elle est l’emblème des hommes qui travaillent dans leur jeunesse afin d’acquérir des biens à l’âge avancé. L’abeille, si elle représente la prévoyance, le labeur et l’obéissance a, dans tous les cas, inspiré Napoléon Ier.

L’abeille : symbole de l’Empire napoléonien

Souhaitant rompre avec la monarchie de l’Ancien Régime, l’Empereur s’est vu conseillé de nouveaux symboles représentatifs de son pouvoir et de la royauté. Jean-Jacques Régis de Cambacérès, archichancelier de l’Empire, lui fit part de l’abeille en ces termes : « L’image d’une République qui a un chef ». Ce fut aussi une référence à l’Antiquité et à Virgile qui voyait dans l’organisation de la ruche un modèle social parfait pour l’homme. Les abeilles furent ainsi présentes sur le célèbre manteau de velours pourpre que l’Empereur porta lors de son couronnement, mais aussi sur les tentures de son palais, ainsi que sur celles des tribunaux et administrations impériales. Symbolique de l’activité industrieuse du peuple français et de sa vertu, l’abeille, jadis insecte royal, était bientôt devenu insigne impérial.

Abeille napoléon

Royal ou divin, un insecte source d’inspiration

Emblème des plus anciens souverains de la France, dont les Merovingiens, un trésor de joyaux avec des insectes d’or, prétendument des abeilles, avait déjà été retrouvé en 1653 dans la tombe du roi Childéric 1er, Père de Clovis. Sans doute faisaient-elles partie de son manteau royal, selon les historiens. Symbole royal en Chaldée, les abeilles étaient aussi, si l’on remonte le temps, identifiées au pouvoir du roi de la Basse Egypte dans l’Egypte ancienne, représentant le peuple qui obéit à son roi.

Riche de symboles, l’abeille a toujours été associée à la royauté et au divin, peut-être en raison du miel qui sort d’elle et est considéré comme doux et agréable, disent certains, ou encore parce qu’elle véhicule des images d’éloquence, de chasteté et d’ordre diront d’autres. Une chose est sûre, son intérêt dans la symbolique et au cours de l’histoire n’a jamais faibli !>

j'en reviens à l'approche philosophique en m'appuyant sur le livre déjà cité <L'abeille et le philosophe>. 

L'abeille nous offre un exemple d'équilibre entre nature brute et sauvage et la culture. Elle donne une clé simple et accessible pour comprendre l'énigmatique passage du chaos au cosmos organisé, tout en nous indiquant comment conserver l'acquis fragile de l'ordre institué. < Livré à la seule nature, le monde risque de pourrir; livré à la seule production humaine, le monde court le danger de se brûler les ailes.>

L'abeille entre épicurisme et stoïcisme. Pour l'épicurisme, il n'est que l'heureux fruit d'un pur hasard. Pour le stoïcisme au contraire le spectacle de cet agencement sublime ne peut que déboucher sur la conviction qu'il existe sinon un architecte, à tout le moins, une loi immanente faisant tenir l'ensemble. L'univers est un cosmos, totalité harmonieuse douée d'une âme vivante, traversée par une finalité suprême, profondément divine. L'abeille à toutes les vertus du sage: modération, prudence, frugalité, travail, organisation presque parfaite.

ORGANISATION PRESQUE PARFAITE.

Ce sera ma conclusion temporaire, merci de vos commentaires. 

Garden Art Olivet — un processus sans fin –

Trois œuvres, autour des quatre éléments,  que j’ai composées  en tenant compte du site dans lequel elles s’insèrent. L’inspiration est venue au fur et à mesure,  laissant mon imaginaire évoluer dans un processus créatif.

              -    Œuvres : cinq  Inuksuit , Cosmologie, Mont Fuji  lien entre Terre et Ciel

              -    Eléments : TERRE symbolisée par la terre/végétation omniprésente sur le site, l’EAU symbolisée par le Loiret,  le jardin d’eau récupérant les eaux  pluviales et le puits, le FEU symbolisé par le poêle extérieur, l’AIR que nous respirons… Montrant que l’Homme ne peut qu’être en relation respectueuse avec son milieu naturel.

La composition se fait au fil des mises au point et ajustements pour caler au mieux à la réalité de mon jardin à ma sensibilité. Cela m’a invité à reconsidérer l’espace pour mieux maîtriser certaines plantes. La simplicité des formes, des compositions,  s’imposent dans la nature de mon jardin intégrant ceux de mes voisins. On est dans une dimension Nature/Culture/temps : origine et devenir de l’homme dans son environnement la TERRE, minuscule planète dans l’immensité du COSMOS : dit différemment, la communion entre l’HOMME et la NATURE.

L’élaboration du projet s’est faite :

    –  d’une part,  à partir d’un long processus : le premier stade a été ma longue expérience de vie, le deuxième a été porté par les visites nombreuses sur les  4 continents,  des œuvres d’art de grands créateurs, le troisième, mes cheminements en pleine nature à travers le monde, et enfin, l’appropriation visuelle et sensitive de mon jardin dans un processus sans fin ;                                                                                                                                     –   d’autre part,  spontanément en sa phase finale…sans fin…

Mon jardin est organisé en 4 séquences :                                                                                                                                                                                                        -  la première,  le jardin d’agrément  prolongeant le patio/terrasse  où se trouve le « GARDEN ART »,                                                                                          -  la deuxième, que l’on découvre en ouvrant la porte, le jardin potager/verger/ prairie où sont notamment installées mes 2 ruches,                                      -  la troisième,  la Forêt impressionnante avec ces charmes et hêtres de plus de 15 mt de hauteur,                                                                                                -  la quatrième, le Loiret avec ma gare à bateaux.

Du salon, de la cuisine, ou de la chambre à coucher, je peux voir le jardin d’agréments dans ses composantes multiples :                                                        - le jardin d’eau, ses plantes (millepertuis  et poissons, pelouse naturelle, rosiers, azalée, rhododendron, laurier, érable) –  le poêle à bois, les oiseaux (merles, rouge gorge, mésanges…) attirés par les graines placées  dans nos mangeoires,   l’écureuil qui vient nous rendre visite,                          -  les œuvres qui composent le GARDEN ART que je vais maintenant décrire.

1 Inuksuit :                                                                                                                                           

Les inuksuit (pluriel d’Inuksuk) sont les objets parmi les plus importants créés par les Inuits, les premiers habitants de l'Arctique canadien. Il s'agit d'une forme composée de pierres posées les unes sur les autres. Le terme inuksuk signifie <agir en tant qu'humain> (extension du mot Inuk, qui signifie être humain).  Ces formes de pierres occupaient les paysages temporel et spirituel. Parmi les nombreuses fonctions, elles servaient de guide d'orientation à la chasse et à la navigation, de points de repères, d'indicateurs et de centre de messagerie. De plus en plus les formes construites avec des pierres rappellent une forme humaine que les Inuits appellent inunnguaq, ce qui signifie <ce qui ressemble à un être humain>. Outre leurs fonctions terrestres, ces constructions avaient une connotation spirituelle et étaient l'objet de vénération, symbolisant souvent le seuil du passage spirituel des Inuits, qui savaient survivre sur la terre conformément à leurs traditions.                                                                                                                                              Les besoins des Inuit de créer des inuksuit étaient si fort, qu'on ne les retrouve pas uniquement dans les paysages terrestres, mais aussi dans les légendes, les contes, les dessins. Bon nombre d'Inuits qui ont vécu la plus grande partie de leur vie sur la terre, conservent un fort attachement pour les inuksuit, construits  sans que l'on puisse l'affirmer, par leurs ancêtres. Certains vieux inuksuit sont mentionnés dans les chansons de voyage transmises de génération en génération pour aider les voyageurs à se rappeler d'une série de directives lors de longs voyages.      Mes 5 INUKSUIT sont placés l’un dans la cour d’entrée de la maison, l’autre dans le patio, le suivant dans le jardin d’agrément, puis les autres jalonnent le terrain vers le Loiret. Le plus petit  est  réalisé à partir de roches provenant de mon CAMP MUAK au Canada, les autres plus importants réalisés  à partir de pierres récupérées sur place à Olivet. Ils me rappellent les valeurs dégagées par les INUIT , mes expériences canadiennes, mes aventures à travers le monde. D’autant  plus que nous avons composé un Inukshuk géant au bord du lac dominé par notre camp canadien. Ils communiquent tous entre  eux.  J’ai repris ce symbolisme de l’Inukshuk comme logo : L’HOMME QUI MARCHE (voir logo en tête).  En marchant vers le Loiret au fond du jardin, on découvre plusieurs INUKSUIT qui marquent le chemin… physique et spirituel …

2 COSMOLOGIE :    

                                                                                                                                                                                                                                   Un cadre rectangulaire vers le haut peint aux couleurs vives à la « MIRO » (rouge, jaune, bleu, vert) dans un décor végétal, qui évolue avec le temps et les saisons.  Un vinaigrier, un arbre dont le pied sert de support à la flèche verte, le rhododendron cachant une partie de sa base, la haie en arrière plan forment le décor végétal. Un nichoir installé sur l’érable veille à l’équilibre.  A l’intérieur du cadre la lune, le soleil, la terre, saturne, des étoiles, symbolisant  notre galaxie et le corps humain. La flèche nous invitant à sortir du cadre, symbolise l’existence de millions d’autres galaxies, et qu’un jour notre esprit ou notre âme sortira de notre corps pour aller OU ? !!!

 

3 Mont FUJI : Lien entre Terre et Ciel                                                                                             

Une butte en forme du volcan, avec en son sommet une plate-forme en bois duquel partent des bois flottés de différentes hauteurs. Le cadre représente le cratère du Mont Fuji où sont installés les Temples, les bois flottés symbolisent les arbres,  la forêt qui fait le lien entre Terre et Ciel. Ils symbolisent aussi le hasard qui façonne  l’évolution des espèces, notre vie, nos découvertes, … ordre, et une forme de désordre apparent, peuvent se lire à partir du positionnement des bois…  Le mont Fuji  est tapissé d’ardoises éclatées provenant de la gare à bateaux détruite par un arbre qui est tombé suite à une tempête …  

                                                                              ——————————

Le Musée Anthropologique de Mexico, le Musée des civilisations de Québec  ouvrent  à leur manière la réflexion concernant les anciennes civilisations qui ont façonné les Amériques. L’exposition du Musée de l’Homme à Paris nous questionne si  bien : QUI SOMMES NOUS ?  D’OU VENONS NOUS ?  OU ALLONS NOUS ?