Vivre vieux en bonne santé: le secret d’Okinawa

Je crois qu’une bonne hygiène de vie en s’endormant régulièrement, en mangeant bien à savoir de bons produits sains, biens cuisinés, en ayant une activité physique quotidienne, en vivant dans un environnement sain non pollué,  sans stress, en communiquant et ayant de la compassion sont les conditions pour vivre vieux en bonne santé.

Dans Orléans Métropole je me déplace à vélo toute l’année quelque soit le temps et la température. Je marche toujours pour réaliser de courtes distances. J’évite de prendre les ascenseurs, car évoluer en verticalité avec les escaliers nous fait du bien: étirements sans le savoir et musculairement c’est très bon de monter puis descendre, ce ne sont pas les mêmes muscles qui travaillent. Je pratique le ski de randonnée qui est un des sports les plus complet. Je n’ai jamais fumé, sauf que les personnes de ma génération ont eu à subir les fumeurs sans que les équipements soient installés (ventilation, renouvellement de l’air…). Il ne faut pas mettre le facteur de pollution sous silence, notamment de l’air. Je suis convaincu de son impact même si la profession médicale n’alerte pas suffisamment (pour des raisons certainement politique!!!). Le facteur hérédité joue un rôle certain, sachant que dans la plupart des situations, respecter les différents  points listés ci dessus ne peut qu’augmenter notre espérance de vie et rester en bonne santé de surcroît quelque soit l’espérance de vie dictée par notre hérédité, cette espérance ne peut qu’augmenter … c’est mon espoir …

Ayez donc une vie saine dans un environnement sain, vivez le moment présent en évitant tout stress, développer la relation avec vos proches mais d’une manière générale en profitant de toute rencontre qui ne peut que vous enrichir, et développer la compassion, soyez positif… travaillez aussi votre esprit par toutes sortes d’excices notamment la méditation, le Gi Gong, Yoga  qui associent physique et esprit… tout un programme n’est ce pas.

Pour compléter mon analyse vous trouverez ci-après un article de JC Nathan et une conférence très intéressante  du professeur Makoto Sezuki, des docteurs Jean-Marie Robine et Jean-PaulCurtay.Bonne lecture et envoyez moi vos avis, vos références … surtout, PORTEZ VOUS BIEN, et … n’oubliez pas de marcher surtout, un petit peu tous les jours…

1 Article de JC Nathan paru dans L’observatoire des aliments.

L’île Okinawa détient un record en nombre de centenaires. D’où le célèbre régime d’Okinawa, promesse de santé et de longévité exceptionnelle.

Le régime Okinawa, du nom de l’île (archipel de Ryükyü, au sud-ouest du Japon)  où vivent de nombreux centenaires, laisse imaginer un mode alimentaire propice à une bonne santé et à une forte longévité. L’île d’Okinawa compte un taux de 600 centenaires pour un million d’habitants, soit près du double de la France (307 pour un million d’habitants), et bien plus que le Japon dans son ensemble (aux alentours de 350).

Hérédité et alimentation
Non seulement, on vit vieux, mais on vit en bonne santé sur Okinawa. On peut voir des personnes de plus de 90 ans en train de s’activer sur leur lopin de terre. Un cardiologue et gérontologue japonais, Makoto Suzuki, a étudié dans les années 1970 le mode de vie des habitants de l’île pour comprendre ce phénomène. Une étude nationale révèle que cette longévité hors du commun est due en partie à l’hérédité, en partie au mode de vie, et donc en particulier à l’alimentation.

Peu de calories, peu de graisses
Comment mangent les Okinawais ? Il semble dans ce coin du Japon, que l’alimentation soit peu riche en graisses et faiblement calorique. En revanche, les habitants d’Okinawa mangent beaucoup de protéines animales (poisson, mais aussi volaille), beaucoup de légumineuses et de légumes verts. Autre caractéristique, les Okinawais font un usage plutôt modéré du sel, et respectent la norme recommandée au Japon (moins de 10 g par jour), à la différence de leurs compatriotes.  En France l’apport recommandé est de 8 g de sel par jour et l’Organisation mondiale pour la santé a mis la barre à 5 g par jour.

Faible densité énergétique
La faible densité énergétique (petit nombre de calories par quantité mangée) serait la clef  de la bonne santé. Des aliments à forte teneur en eau, en fibres (légumes, légumineuses) et en protéines permettent d’éprouver rapidement la satiété. La moindre consommation de calories protège de l’obésité, favorise un bon bilan sanguin en termes de cholestérol et de triglycérides, moins de déchets métaboliques et donc moins de radicaux libres, source d’usure de l’organisme et de vieillissement.

Le régime Okinawa type
Des nutritionnistes ont cherché à définir les principes du régime type d’Okinawa. Il s’agirait de manger des petites portions, de ne pas manger jusqu’à satiété (arrêter avant d’être rassasié), de privilégier la diversité des aliments, de manger des aliments frais, de cuire les aliments à feu doux, de cuire et consommer les aliments séparément…

Le menu type d’Okinawa « occidentalisé » est composé en premier lieu de légumes et de fruits, de céréales complètes. Puis, dans une moindre proportion d’aliments riches en calcium, d’aliments riches en oméga-3 (poissons, fruits de mer, noix et graines…), à boire du thé vert. Produits avec sucresajoutés et alcool sont consommés avec modération. Si l’on veut japoniser davantage, on consommera des algues, du miso, du tofu…

Activité et solidarité, deux ingrédients clef
Les observateurs attentifs soulignent que dans la société d’Okinawa, les personnes âgées continuent à s’activer, participent à fortement à la vie sociale, ont de multiples échanges entre voisins. Le yuimahru, expression du dialecte local qui veut dire l’esprit d’entraide, est très vivace.”

JC Nathan

Sources : Okinawa, l’île des centenaires http://www.japoninfos.com, www.passeportsante.net

Un italien qui vit depuis plus de 10 ans au Japon , m’affirme que ces affirmations sur la longevité c’est <bulshit> n’importe quoi. A demander à d’autres personnes, il semblerai que les conditions de vie, d’alimentation des gens d’Okinawa ont bien évolué.

Je trouve intéressant de vous publier la conférence  intitulée: Le modèle Okinawa : les clés du bien vieillir.

2 Le 26 mars 2009 une conférence a été donnée sur le thème ‘Les clés du bien vieillir : Pourquoi le modèle Okinawa a remplacé le modèle crétois par le docteur Makoto Suzuki, fondateur de l’Etude des Centenaires d’Okinawa, accompagné du docteur Jean-Marie Robine, président du Comité international Longévité et Santé, et du docteur Jean-Paul Curtay, auteur de « Okinawa, un programme global pour mieux vivre ». En voici le compte-rendu.

Pourquoi le modèle Okinawa a remplacé le modèle crétois

- Dr Makoto Suzuki : Okinawa est un archipel de 44 îles habitées au sud du Japon. Il a le record mondial de longévité, les femmes ont une espérance de vie de 87 ans. Le taux de centenaires est également un record, on a 61 centenaires pour 100 000 habitants soit deux fois plus qu’au Japon, et trois fois plus qu’en France.
Là sur la diapositive, c’est une paysanne morte à 99 ans d’une broncho pneumonie légère n’ayant eu aucune maladie particulière tout au long de sa vie. Cette personne a donc vécu en très bonne santé sans aucun signe de morbidité et la seule chose que l’on ait pu enregistrer, a été cette broncho pneumonie et là le déclin a été extrêmement rapide. La partie de sa vie, où elle a vécu en mauvaise santé, a été réduite au strict minimum.

Dans l’étude que nous menons depuis plus de trente ans à Okinawa
sur les populations très âgées et à travers les différentes enquêtes nous indiquant les personnes frêles, fragiles ou âgées dépendantes pour les activités de la vie quotidienne (s’habiller tout seul, manger tout seul, etc.), nous nous sommes aperçus qu’il y avait une accumulation du nombre de centenaires. Nous avons constaté que l’aptitude à vivre de façon indépendante a diminué. Pour résumer, la survie a augmenté, il y a de plus en plus de centenaires à Okinawa mais ils sont de plus en plus dépendants.

Il y a 30 ans sur les 32 centenaires que comptait l’archipel, 85% étaient complètement robustes alors qu’aujourd’hui sur 900, 15 le sont vraiment et c’est un phénomène que l’on retrouve aussi aux Etats-Unis ou au Japon. Le groupe de dépendants, même à Okinawa, a tendance à augmenter alors que l’autre reste stable. Si on considère que la grande majorité des gens meure de problèmes cardio-vasculaires, d’attaques cérébrales, de cancers, les centenaires aujourd’hui qui ont réussi à repousser toutes ces maladies présentent un aspect physiologique normal où la mort n’est pas liée à celles-ci mais à des facteurs naturels.

J’ai publié un ouvrage sur ce sujet-là en 2002, et depuis il y a eu de nombreuses traductions dans un certain nombre de pays (Turquie, et Chine, compris.) dont une aux Etats-Unis qui a remporté un vif succès. En France, c’est le Dr Curtay qui en fait la traduction et le titre est Okinawa, un programme global pour mieux vivre. Il est aujourd’hui présent et interviendra en fin de session.

Facteurs de longévité

Il y a quatre grands facteurs qui expliquent cette longévité :

le premier est le choix et la préparation des aliments,
l’activité physique,
les techniques d’aides personnelles c’est-à-dire comment on arrive à prendre soin de soi
et enfin le soutien mutuel qui est remarquable à Okinawa, l’importance du tissu social.

Le choix et la préparation des aliments

Là sur cette diapo c’est un plat typique d’Okinawa qui est le Goya Champurur c’est-à-dire un mélange de melon très amer, de tofu, porc, d’œ,ufs, de sel et de sauce de soja. Sur la suivante, on voit dans des ateliers de cuisine, la fabrication du mozuku qui est composé de plantes brûlées que l’on utilise dans la médecine chinoise, et qui permet de soigner un certain nombre de pathologies. On cuit le riz à la vapeur en utilisant ces vapeurs de mozuku

La façon de préparer les aliments est aussi importante que le choix des aliments. On le voit là dans cet exemple où on fait cuire des morceaux de porc avec la peau mélangés à des algues et de la sauce de soja. Cela consiste à faire bouillir l’ensemble pendant 8 heures et à écrémer toutes les heures les graisses qui vont remonter à la surface et qui forment une sorte de croûte ce qui fait que l’on se débarrasse de celles-ci, type cholestérol, triglycérides qui peuvent être nuisibles. C’est une des façons traditionnelles de préparer les aliments à Okinawa. Version moderne, on prépare le même plat en une heure au micro onde mais cela ne permet pas d’extraire toutes les mauvaises graisses.

L’activité physique

Sur cette autre diapo, on voit un habitant d’Okinawa âgé de 102 ans qui s’occupe de sa ferme ce qui lui permet de garder une activité physique complète. Sur la suivante on voit un champion olympique âgé de 92 ans qui garde une activité complète.

Là, on voit une personne se prosterner devant une sorte d’autel érigé en mémoire de sa famille. Cela fait partie de la culture asiatique en général et d’Okinawa en particulier que de renforcer la conscience du rôle de chaque individu dans la famille. On est beaucoup moins individualiste que dans la culture occidentale. Il y a un autel familial dans chaque maison et les ancêtres ne disparaissent pas. C’est le culte des ancêtres. Les gens n’ont pas peur de mourir ce qui n’est pas sans conséquence sur le moral. Il y a une continuité, un rite et régulièrement des fêtes des morts saisonnières. On va aller visiter les morts, on leur apporte de la nourriture, on discute avec eux régulièrement et cela joue aussi un rôle dans l’appréciation de la vie quotidienne.

Le culte des ancêtres

Ici on voit une dame de 92 ans qui prie et qui remercie les ancêtres pour la réussite de son petit fils à l’université. Cela illustre toute l’importance du rôle des séniors, des personnes âgées qui font ce lien entre les ancêtres et les descendants. On ne fait pas de coupure. Il y a un lien entre ceux qui sont dans l’au-delà et ceux qui sont ici.

Pour illustrer l’activité des séniors, j’ai rencontré il y a quelques jours à Tokyo un monsieur de 97 ans qui travaille toujours à l’hôpital et qui a su garder un esprit vraiment créatif en établissant une entreprise qui aide au maintien des séniors.
On voit sur cette diapo une réhabilitation de la culture de la canne à sucre. C’est une tradition rurale de ne pas récolter tout seul dans un village, c’est la communauté qui le fait pour chaque propriétaire. C’est en fait une tradition très ancienne : si on doit construire une maison dans le village, on ne la construit pas tout seul, tout le village la construit et donc quand il y a quelque chose à construire, c’est une œuvre communautaire et cela se retrouve dans certains réseaux urbains où il est resté cet esprit de collaboration.

Moai et entraide

On a là une illustration sur ce que l’on appelle un moai, un groupe d’entraide et ces groupes ont une longévité assez incroyable comme vous pouvez le voir : ce sont des gens qui se sont connus à l’école élémentaire et se réunissent pour fêter le diplôme qu’ils ont eu il y a 88 ans. C’est l’illustration que dans ces groupes d’entraide, on partage les joies et les peines tout au long de la vie. Il y a une solidarité qui s’exerce à Okinawa. Moai est l’idée de la fraternité, en quelque sorte une tontine.

Et je terminerai par la célébration d’une cérémonie où l’on voit des personnes âgées de 97 ans qui vont offrir un verre de saké aux personnes présentes qui espérent avoir la même longévité. Ce que l’on ressent là, c’est la valorisation des personnes âgées, être âgé c’est quelque chose de positif et qui se célèbre.

*

- Docteur Jean-Marie Robine : Le Dr Makoto Suzuki est vraiment un pionnier dans les recherches sur la longévité humaine. Il est l’initiateur de cette étude sur les centenaires à Okinawa qui a démarré dans les années 70. C’est absolument extraordinaire. Toutes les personnes qui ont mené des études sur les centenaires à travers le monde lui doivent quelque chose. C’est lui qui, le premier, a pensé qu’il y avait un intérêt humain, scientifique à s’intéresser aux personnes très âgées et celles qui avaient cent ans.

Mon rôle va être de mettre tout cela en perspective dans le cadre de la longévité au Japon. J’ai choisi de vous montrer quelle était l’augmentation de l’espérance de vie au Japon à la fois par rapport à une ligne que l’on connaît bien qui est l’espérance de vie record. C’est un travail qui a été publié dans Science il y a quelques années dû à Vaupel.

*ndlr : voir l’article ‘Biodemographic Trajectories of Longevity’ paru dans ‘Science’ le 8 mai 1998 (en anglais) en Document joint qui montrait quelles étaient les plus fortes valeurs d’espérance de vie atteintes dans le monde chaque année et cela formait une ligne droite c’est-à-dire que le record augmentait de 3 mois par an.

Depuis plus de 20 ans, c’est le Japon qui trace cette ligne record. Sur le graphique que je vous montre, en 1960, les cinq pays que j’ai choisis, avaient tous la même espérance de vie. Dans les années 75, les pays ont divergé et des pays comme les Etats-Unis ou la Norvège qui, avant la première guerre mondiale, établissaient des records sont aujourd’hui très en retard sur le Japon et il y a un écart de cinq ans d’espérance de vie entre le Japon et les Etats-Unis, le Danemark ou la République tchèque. L’Espagne montre une évolution un peu similaire à celle du Japon et a une très forte progression de son espérance de vie. La ligne de la France se situe entre le Japon et l’Espagne . Nous sommes en fait le second en terme d’espérance de vie après le Japon.

Au Japon, c’est 86 ans l’espérance de vie pour les femmes et 79 ans pour les hommes et le Dr Suzuki nous a dit qu’à Okinawa c’est un an de plus pour les femmes. Au Japon, l’écart entre hommes et femmes a atteint 7 ans en l’an 2000 et il persiste. Le Japon est le leader de la longévité.

Etudes sur la longévité dans le monde

On ne savait rien de la longévité humaine avant 1693. A cette époque, Allais, l’homme de la comète, l’un des plus grands savants qui s’intéressait à tout, a inventé la table de mortalité et a rassemblé des données sur la survie des hommes et a tracé la durée de vie des adultes. En fait cette distribution montre que c’est plat et que vous avez autant de durée de vie qui s’interrompt à 40 ans, qu’à 55 ou 65 ans. Il y avait autant de personnes qui mourraient à tous les âges de la vie. Entre 40 et 70 ans, c’est plat. En 1750, nait la statistique officielle en Suède. Les Suédois vont installer une collecte statistique tout à fait moderne. Il faudra un siècle pour que ce soit copié dans d’autres pays. Depuis cette date on a un suivi extraordinaire des décès et morts en Suède. D’après le graphique on voit qu’il y a une petite tendance à mourir vers 70 ans. En Suisse, c’est exactement la même chose et on voit clairement qu’il y a un âge le plus fréquent pour mourir pour les adultes. C’est tout ce que l’on sait avant la période moderne c’est-à-dire au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Tous les pays développés sont au même rythme. Là, le Japon montre bien que la durée de vie est de 80 ans.

Dans les années 80 une théorie va être proposée qui va avoir un impact considérable en biologie, en médecine, à propos de la compression de la morbidité : d’après le Dr James Fries, si on adoptait tous les comportements (ne pas fumer, faire du sport, adopter les bons régimes alimentaires, etc), on allait repousser la durée de vie moyenne à 85 ans. C’est l’horizon que l’on espérait atteindre et puis on allait réduire la mortalité prématurée. En fait personne ne devrait mourir avant l’âge de 70 ans mais personne ne devrait vivre au-delà de 100 ans. On va concentrer les décès à 85 ans et 10% des gens vont mourir à 85 ans. Lorsque James Fries écrit son article, les femmes japonaises avaient déjà atteint la durée de vie qu’il avait indiquée c’est-à-dire 85 ans et cela en 1980. Et l’on voit déjà une explosion du nombre des centenaires ce qui n’était absolument pas prévu.

30 000 centenaires au Japon, dont beaucoup à Okinawa

Qu’en est-il aujourd’hui au Japon. L’ensemble des durées de vie au cours des 20 dernières années, se sont déplacées vers des valeurs plus élevées en moyenne de 6 années mais il n’y a aucun autre changement dans la distribution des durées de vie. Je dirais que depuis Allais jusqu’en 1980, on a une compression de la mortalité. Depuis 1980 et au Japon, on a un déplacement total de toutes les durées de vie vers des âges plus élevés . Disons que sur les cinquante dernières années au Japon, la durée de vie la plus fréquente a augmenté très régulièrement de façon tout à fait linéaire de moins de 80 ans en 1950 à plus de 90 ans aujourd’hui. En fait la durée de vie des adultes augmente de 2 mois par an. La durée de vie la plus fréquente est plus élevée par rapport à l’espérance de vie à la naissance de 6 ans. La durée de vie la plus fréquente est de 92 ans. Dans les années 70, il n’y avait pratiquement pas de centenaires (il y en avait une dizaine) aujourd’hui il y en a 30 000. Une augmentation absolument pharamineuse. L’accroissement annuel au Japon est entre 10 et 20% et le phénomène est en train d’accélérer.

Dans nos pays où il y a une faible mortalité, il faut une dizaine d’années pour doubler le nombre de centenaires. En Angleterre par exemple, de 1960 à aujourd’hui, le nombre des centenaires double tous les dix ans. Au Japon il double tous les 5 ans. Il a été multiplié par 4. En 2009, il y a 36 000 centenaires au Japon . En 2007, il y en avait 32 000 c’est-à-dire quatre fois supérieur qu’en 1997. Dans les années 70, le nombre des centenaires a été multiplié par trois, aujourd’hui il est multiplié par 4.

Une fantastique augmentation du nombre des centenaires au Japon et dans ce cadre-là, il y a beaucoup plus de centenaires à Okinawa qu’au Japon. Il y aurait 2 fois plus de centenaires que dans le reste du Japon. On s’attend à avoir beaucoup d’individus âgés de 105 ans . Il y a plus de 1 500 personnes au Japon âgées de plus de 105 ans et celles âgées de plus de 110 ans, sont au nombre de 33. Le nombre de gens de 100 ans est constant ainsi que 110 ou 105 ans. Dans 20 ans, il y aura 36 000 personnes âgées de 105 ans et il y aura 1 500 personnes de plus de 110 ans.

Dans quel état de santé sont tous ces centenaires ? C’est la question qui nous préoccupe tous. Est-ce qu’ils sont robustes, est ce qu’ils ont un vieillissement réussi, est ce qu’ils sont déments ou alités. C’est déjà difficile de mesurer l’état de santé chez les gens de 70 ans mais on ne sait pas vraiment le faire chez les gens de 100 ans. Pour nous , c’est un défi. L’important est de se demander s’ils sont en bonne santé.

Une grande partie de nos travaux est d’arriver à mettre au point des mesures, des enquêtes qui permettent de trier parmi les centenaires ceux qui dans le fond seraient robustes pour 100 ans ou pour 105 ans et non pas par rapport à ceux de 20 ans bien sûr et puis ceux au contraire qui ne connaissent pas un bon vieillissement.

C’est tout l’enjeu. 100 ans, 105 ans cela nous fait tous rêver si c’est en bonne santé mais dans le cas contraire cela nous intéresse beaucoup moins. C’est une préoccupation non seulement du Dr Suzuki mais aussi du gouvernement japonais qui, depuis très longtemps, se soucie de la santé de ses centenaires et il n’y a aucun pays au monde où l’on peut avoir des chiffres équivalents à ceux-ci, qui proviennent d’enquêtes, qui ont été commissionnées. De 1973 à l’an 2000, il y a eu 6 enquêtes qui ont été commissionnées par le ministère de la santé du Japon pour avoir une idée de l’état de santé de cette population âgée de cent ans. Effectivement ces chiffres qui ne sont pas pour l’instant publiés confirment tout à fait les chiffres que nous a donnés le Dr Suzuki précédemment et on voit parallèlement leur état de santé moyen se dégrader.

En 1973, sur les centenaires recensés au Japon, il y en avait 37% qui étaient confinés dans leur chambre et dans les centenaires qui ont été dénombrés en l’an 2000, la proportion est montée à 78% , Donc les centenaires de l’an 2000 sont beaucoup plus dépendants, beaucoup moins actifs que ceux de 1973. Là, il y a une véritable inquiétude et c’est bien pour ça que le Dr Suzuki travaille essentiellement sur l’état de santé des centenaires.

Pourquoi le Japon est à l’avance de la longévité par rapport à l’ensemble du monde et pourquoi Okinawa a deux fois plus de centenaires que le reste du Japon par rapport aux autres pays et en particulier par rapport aux Etats-Unis ? C’est vraiment un sujet qui préoccupe l’académie des sciences américaine qui a mis en place un comité spécial pour essayer de comprendre pourquoi l’espérance de vie aux Etats-Unis plafonne, ne progresse quasi plus et a pris cinq ans de retard sur le Japon. Les Américains sont ceux qui mettent le plus d’argent dans la santé et pourquoi ont-ils de si mauvaises performances. On n’arrive pas à expliquer que dans deux pays aussi modernes qui mettent autant de moyens, il y ait tant de différence dans les résultats.

*

- Docteur Jean-Paul Curtay : Lorsque je suis allé à Okinawa en 2005, il y avait 15% de gens âgés de plus de 110 ans et 3% de grabataires. En général chez les anciens à Okinawa, on ne trouve pas de surpoids, pas de diabète, trois fois moins de symptômes à la ménopause, des risques de fracture de cols du fémur réduits de 40% par rapport aux Etats-Unis. La situation a cependant changé et s’est dégradée.

80% en moins de pathologies cardio-vasculaires, ça fait rêver à savoir 5 fois moins qu’aux Etats-Unis et ceux qui font un infarctus ont deux fois plus de chance de survie. La fréquence du cancer du sein à Okinawa est de 25% /1000 , 33 au Japon, la Grèce fait un score intermédiaire, 52, 92 en France. Les décès sont 6%/1000 à Okinawa, 22 en France. Le cancer de la prostate qui est le plus fréquent chez l’homme, 10%/1000 à Okinawa, 13 au Japon, 26 en Grèce, et 60 en France. A Okinawa, 4% pour 100 000 décèdent du cancer de la prostate, 18 en France.

Si on étudie les capacités intellectuelles des habitants d’Okinawa de 80 ans, les hommes font un meilleur score que les femmes, 80% d’entre eux font un score pratiquement parfait, et 60% de femmes. En France par exemple, on enregistre des baisses de tests cognitifs significatifs chez 50% des plus de 50 ans.

On enregistre à Okinawa 6% de déments chez les centenaires mais ces chiffres se sont vraisemblablement aggravés en raison de l’augmentation du nombre de centenaires. Il y en a dix fois plus en moyenne dans nos pays. La maladie d’Alzheimer fait peur. Il y a 860 000 personnes en France qui en sont atteintes et on enregistre 160 000 nouveaux cas chaque année. On estime aussi que 50% des cas ne sont pas diagnostiqués et qu’en tout ça concerne 3 millions de personnes aujourd’hui, entourage compris bien sûr. Cela touche 5% des plus de 65 ans (1% au Nigéria ou en Chine) et 20 000 personnes des moins de 65 ans. Les prévisions pour 2020, 1 300 000 personnes, 81 millions dans le monde.

Manger moins

On remarque à Okinawa que l’on mange beaucoup moins qu’en France par exemple et c’est redoutable. La combustion des calories est fatalement liée à des déchets que l’on appelle oxydatifs. Déjà en 1930 la recherche américaine faisait en laboratoire des études de restrictions caloriques qui n’avaient pas du tout été concluantes c’est-à-dire qu’en réduisant simplement la ration des animaux ils vivaient moins longtemps mais si l’on compensait par des compléments vitaminiques et des minéraux, on a alors constaté une extension spectaculaire de la durée de vie de ces animaux qui étaient en restriction calorique.

C’est un premier dossier que l’on retrouve à Okinawa et une grande partie de l’explication de la longévité . De surcroît avec le confort moderne , on consomme de moins de moins de calories et on vit donc plus longtemps. Les morts précoces sont réduites par les progrès de la médecine, les vaccinations, les antibiotiques, etc . Il y a une uniformisation. La mortalité infantile périnatale s’est effondrée. Les gens vivent plus longtemps et la mortalité ne cesse de reculer.

Apprendre à respirer

Par ailleurs les carences vitaminiques peuvent être compensées de façon satisfaisante et on peut même avoir une augmentation de la vitalité. On fait plus d’énergie avec moins de calories et c’est ce qui est important. Pour faire de l’énergie, il faut savoir respirer, l’oxygène sert à bruler les calories. En Asie, on apprend à respirer, les art martiaux aidant. On respire à fond. Les calories qui ne sont pas brûlées ne font pas d’énergie. On mange trop pour l’énergie que l’on dépense. En France, par exemple, on va accumuler de gros repas surtout le soir alors qu’à Okinawa, c’est une fragmentation de petits repas complets.

Privilégier végétaux, oméga3, anti oxydants,etc.

L’activité physique est aussi très importante. On peut faire plus d’énergie avec moins de calories et réduire les déchets oxydatifs liés à la combustion. A Okinawa, 60% de ce qui est mangé est végétal. Alors que chez nous, il y a une déperdition considérable de végétaux. Le magnésium nécessaire à catalyser la transformation des sucres et des graisses en énergie se trouve dans les végétaux complets, dans les céréales, dans les légumes verts. De plus les Japonais et ceux d’Okinawa en particulier consomment beaucoup d’algues où l’on trouve beaucoup d’iode. Il faut savoir qu’en France le Français reçoit 100 microgrammes d’iode par jour, la moitié de ce qu’il faudrait, donc en est déficitaire. De plus il y a beaucoup plus de polyphénols à Okinawa. Tout est conditionné par le magnésium et c’est la carence la plus profonde dans la population française. 100% des Français sont déficients. 1000 calories apportent 120 milligrammes alors qu’il est recommandé autour de 400. Le manque de magnésium est la première cause de fatigue et de tension musculaire.

Les Okinawaïens mangent 2 fois plus de soja que les Japonais et il y a 2 fois plus de centenaires à Okinawa qu’au Japon. La consommation de soja joue un rôle qui paraît primordiale, le thé vert est à la fois riche en polyphénols, anti oxydants puissants, anti- fer. Dans tous les pays du monde, les femmes vivent 7 ans de plus que les hommes car elles ont des règles et perdent du sang et donc du fer. Le fer est un très fort catalyseur d’oxydation et il joue un rôle très important. L’homme mange plus de viande que la femme et accumule plus de fer. Dans n’importe quelle pathologie, le fer joue un rôle très important.

Il est extrêmement important de se rendre compte quelle est la véritable mécanique qui est derrière le consommateur d’aliments . Il y a d’abord le stress. Plus vous êtes stressé, plus vous allez grignoter, et plus vous allez manger sans sentir la surcharge. A Okinawa, il y a une règle, ne pas se surcharger à plus de 80%. La culture alimentaire est à apprendre. Il ne faut pas s’asseoir à table stressé. Il y a beaucoup de personnes à Okinawa qui commencent leur journée en allant sur la plage et à remercier tout ce qui existe. C’est leur côté culture animiste.

Nous, dans nos sociétés, ne prenons pas le temps d’apprécier, on court toujours après ce qui manque. Il y a un niveau de morosité, de frustration, de stress, qui est important chez nous et qui va parasiter considérablement le mode de vie. Cela peut paraître philosophique mais cela a des implications sur la santé et la longévité qui peuvent être considérables. Il y a une énorme différence entre le Japon et Okinawa : le Japon, c’est la productivité à outrance, beaucoup de compétition . Alors qu’à Okinawa, il y a un aspect relaxé : c’est un climat tropical, C’est une autre culture et je pense que ça joue un rôle très important .

Pour résumer à Okinawa, on mange moins et ce que l’on mange est beaucoup plus riche en végétaux, en magnésium, en oméga3, en antioxydants, en phytoestrogène. On pourrait avoir du mal à manger autant de soja et de soja fermenté encore plus riche en phytoestrogène. On propose donc des solutions avec des aliments avec plus d’épices comme le curcuma qui est anti oxydant, anti cancer Il y a le thé vert macha en poudre qui concentre beaucoup plus de polyphénols . Le jus de myrtille, par exemple, permet de rajeunir le cerveau et a suffisamment de principes actifs pour avoir un effet pharmacologique court terme.  Le jus de grenade fermenté également très puissamment anti oxydant devient le jus de fruit le plus populaire aux Etats-Unis : anti oxydant, anti inflammatoire, en fait une possibilité de densifier son alimentation.

Comment s’approprier ce modèle d’Okinawa ? En gérant les outils nutritionnels, les outils par rapport à l’activité physique : il faut combattre la sédentarité auquel nous a amené le progrès technologique. Il faut aussi gérer le stress, et c’est un programme global.

La ruche, les abeilles et les hommes

L'abeille sentinelle de l'environnement. L'homme est Il devenu inconscient en ne réalisant pas  à quel point il change la réalité naturelle!!! A contrario, des actions localisées en ville permettent le développement de nos petits insectes, par exemple à Paris où les pesticides et insecticides sont interdits. Les abeilles sont un trésor pour son miel, mais aussi pour son irremplaçable œuvre de pollinisation sans laquelle nous n'aurions plus de fruits et légumes à déguster. L'abeille est perçue comme une sorte de miroir de l'humanité et baromètre de son destin. Un miroir magique, nous disent Pierre-Henri  et François Tavoillot dans leur formidable livre  L'abeille et le Philosphe, <miroir magique qui détiendrait cla triple faculté de refléter, de modifier et de prédire la vie des hommes>. Il ne s'agit donc pas uniquement de nous alerter sur la question essentielle de la préservation de la nature, mais aussi <de révéler en contemplant l'abeille comment vivre, comment vivre bien, comment vivre mieux, comment devenir sage, comment échapper à la mort.>  Je vais vous conter mon approche et mes actions concernant les abeilles, 

                                                   ————————————–

J'ai commencé ma réflexion à partir du concept flou et abstrait du Développement Durable. Comment rendre concret ce concept pour permettre aux habitants de notre collectivité (Olivet) où j'étais élu, de modifier leur comportement dans leur vie de tous les jours? J'ai monté deux actions l'une sur le déplacement à vélo, l'autre concernant l'abeille en créant une association <L'Abeille Olivetaine>, objet de ma présente réflexion pour introduire ma réflexion plus large concernant l'abeille.

L'abeille olivetaine a pour objectif d'aider les particuliers qui souhaitent gérer une ou plusieurs ruches chez eux ou dans un espace partagé. À partir de cet objectif, des cessions de formation sont animées en ateliers pratiques et cours sur les abeilles. Des actions pédagogiques de sensibilisation sont montées dans les écoles d'Olivet et au Parc Floral de la Source. Notre participation aux semaines du Développement Durable et autres manifestations tant à Olivet qu'auprès des communes de l'agglomération orléanaise témoignent de notre vitalité, dynamisme, et influence. Par exemple, en sensibilisant les agents municipaux gérant les espaces verts de notre commune à la bio diversité, à ne pas utiliser les pesticides et autres produits chimiques…Notre association monte en puissance grâce au dévouement et compétence de son President Raphaël qui essaime son savoir et son savoir-faire. Le travail de nos nombreux bénévoles adhérents, prolonge le travail de notre président.  Aujourd'hui, c'est près de 100 adhérents que compte l'association gérant près de 250 ruches !!! Étonnant non ? 

Fort de cette exprerience, je me suis interrogé sur l'opportunité d'implanter  des ruches dans mon jardin. La réponse fut rapide, j'ai commencé par une ruche puis l'année d'après une deuxième et la première ayant essaimmé, j'ai récupéré l'essaim et installé une troisième ruche.  

La localisation de ce rucher fut le fruit d'une intéressante réflexion à la fois pour le confort des abeilles et l'organisation de mon jardin. (Voir l'article onglet France <garden art à Olivet, un processus sans fin>. Les jardins de mes voisins, et le mien à partir de ses 4 séquences sont enrichis de la présence de mes 3 ruches. Le rucher tourné vers l'Est est placé dans la deuxième séquence, après le jardin d'agrément que l'on découvre en ouvrant la porte qui les sépare. Une jachère fleurie à la place du jardin potager que nos déplacements trop fréquents ne nous permettent pas d'entretenir, des arbres fruitiers, des acacias, noisetiers, noyers, érables, charmes, hêtres, tilleuls… tout en verdure et à peine 100m, le Loiret. Un environnement  de rêve pour nos petites abeilles. 

L'association prête à ses membres du matériel pour assurer ses récoltes, en 2015 ma production a été de plus de 40kg, en installant un petit laboratoire mobile dans mon salon: seaux, désoperculateur avec couteau chauffant, filtres, petite centrifugeuse manuelle permettant de placer 3 cadres. C'est 9kg que j'ai récolté début juin. 

                                              ——————————

A ce niveau de mon propos, je vous relate la rubrique lue dans la Gazette du Cercle de l'Union Interalliée, concernant leurs abeilles. Il est rappelé que Napoléon avait fait de l'abeille, symbole d'immortalité et de résurrection, l'emblème principal de ses armoiries. Le fabuleux manteau porté lors de son sacre de 1804, est brodé en fil d'or d'abeilles. J'en cherchais les raisons qui ont amené Napoléon à faire broder ainsi son manteau. En cherchant sur Internet j'ai trouvé cet article de madame Marie-Cécile Mary directrice du domaine apicole de Chezelle. 

<Lors de son couronnement, en 1804, Napoléon Ier apparut avec un manteau brodé de 1500 abeilles d’or. L’insecte, devenu emblème de l’Empire avec l’aigle, remplaça la fleur de lys. Retour sur cette symbolique forte de l’abeille, qui entretient, depuis toujours, un rapport au divin.>

Certains disent de l'abeille qu’elle est l’emblème des hommes qui travaillent dans leur jeunesse afin d’acquérir des biens à l’âge avancé. L’abeille, si elle représente la prévoyance, le labeur et l’obéissance a, dans tous les cas, inspiré Napoléon Ier.

L’abeille : symbole de l’Empire napoléonien

Souhaitant rompre avec la monarchie de l’Ancien Régime, l’Empereur s’est vu conseillé de nouveaux symboles représentatifs de son pouvoir et de la royauté. Jean-Jacques Régis de Cambacérès, archichancelier de l’Empire, lui fit part de l’abeille en ces termes : « L’image d’une République qui a un chef ». Ce fut aussi une référence à l’Antiquité et à Virgile qui voyait dans l’organisation de la ruche un modèle social parfait pour l’homme. Les abeilles furent ainsi présentes sur le célèbre manteau de velours pourpre que l’Empereur porta lors de son couronnement, mais aussi sur les tentures de son palais, ainsi que sur celles des tribunaux et administrations impériales. Symbolique de l’activité industrieuse du peuple français et de sa vertu, l’abeille, jadis insecte royal, était bientôt devenu insigne impérial.

Abeille napoléon

Royal ou divin, un insecte source d’inspiration

Emblème des plus anciens souverains de la France, dont les Merovingiens, un trésor de joyaux avec des insectes d’or, prétendument des abeilles, avait déjà été retrouvé en 1653 dans la tombe du roi Childéric 1er, Père de Clovis. Sans doute faisaient-elles partie de son manteau royal, selon les historiens. Symbole royal en Chaldée, les abeilles étaient aussi, si l’on remonte le temps, identifiées au pouvoir du roi de la Basse Egypte dans l’Egypte ancienne, représentant le peuple qui obéit à son roi.

Riche de symboles, l’abeille a toujours été associée à la royauté et au divin, peut-être en raison du miel qui sort d’elle et est considéré comme doux et agréable, disent certains, ou encore parce qu’elle véhicule des images d’éloquence, de chasteté et d’ordre diront d’autres. Une chose est sûre, son intérêt dans la symbolique et au cours de l’histoire n’a jamais faibli !>

j'en reviens à l'approche philosophique en m'appuyant sur le livre déjà cité <L'abeille et le philosophe>. 

L'abeille nous offre un exemple d'équilibre entre nature brute et sauvage et la culture. Elle donne une clé simple et accessible pour comprendre l'énigmatique passage du chaos au cosmos organisé, tout en nous indiquant comment conserver l'acquis fragile de l'ordre institué. < Livré à la seule nature, le monde risque de pourrir; livré à la seule production humaine, le monde court le danger de se brûler les ailes.>

L'abeille entre épicurisme et stoïcisme. Pour l'épicurisme, il n'est que l'heureux fruit d'un pur hasard. Pour le stoïcisme au contraire le spectacle de cet agencement sublime ne peut que déboucher sur la conviction qu'il existe sinon un architecte, à tout le moins, une loi immanente faisant tenir l'ensemble. L'univers est un cosmos, totalité harmonieuse douée d'une âme vivante, traversée par une finalité suprême, profondément divine. L'abeille à toutes les vertus du sage: modération, prudence, frugalité, travail, organisation presque parfaite.

ORGANISATION PRESQUE PARFAITE.

Ce sera ma conclusion temporaire, merci de vos commentaires. 

Garden Art Olivet — un processus sans fin –

Trois œuvres, autour des quatre éléments,  que j’ai composées  en tenant compte du site dans lequel elles s’insèrent. L’inspiration est venue au fur et à mesure,  laissant mon imaginaire évoluer dans un processus créatif.

              -    Œuvres : cinq  Inuksuit , Cosmologie, Mont Fuji  lien entre Terre et Ciel

              -    Eléments : TERRE symbolisée par la terre/végétation omniprésente sur le site, l’EAU symbolisée par le Loiret,  le jardin d’eau récupérant les eaux  pluviales et le puits, le FEU symbolisé par le poêle extérieur, l’AIR que nous respirons… Montrant que l’Homme ne peut qu’être en relation respectueuse avec son milieu naturel.

La composition se fait au fil des mises au point et ajustements pour caler au mieux à la réalité de mon jardin à ma sensibilité. Cela m’a invité à reconsidérer l’espace pour mieux maîtriser certaines plantes. La simplicité des formes, des compositions,  s’imposent dans la nature de mon jardin intégrant ceux de mes voisins. On est dans une dimension Nature/Culture/temps : origine et devenir de l’homme dans son environnement la TERRE, minuscule planète dans l’immensité du COSMOS : dit différemment, la communion entre l’HOMME et la NATURE.

L’élaboration du projet s’est faite :

    –  d’une part,  à partir d’un long processus : le premier stade a été ma longue expérience de vie, le deuxième a été porté par les visites nombreuses sur les  4 continents,  des œuvres d’art de grands créateurs, le troisième, mes cheminements en pleine nature à travers le monde, et enfin, l’appropriation visuelle et sensitive de mon jardin dans un processus sans fin ;                                                                                                                                     –   d’autre part,  spontanément en sa phase finale…sans fin…

Mon jardin est organisé en 4 séquences :                                                                                                                                                                                                        -  la première,  le jardin d’agrément  prolongeant le patio/terrasse  où se trouve le « GARDEN ART »,                                                                                          -  la deuxième, que l’on découvre en ouvrant la porte, le jardin potager/verger/ prairie où sont notamment installées mes 2 ruches,                                      -  la troisième,  la Forêt impressionnante avec ces charmes et hêtres de plus de 15 mt de hauteur,                                                                                                -  la quatrième, le Loiret avec ma gare à bateaux.

Du salon, de la cuisine, ou de la chambre à coucher, je peux voir le jardin d’agréments dans ses composantes multiples :                                                        - le jardin d’eau, ses plantes (millepertuis  et poissons, pelouse naturelle, rosiers, azalée, rhododendron, laurier, érable) –  le poêle à bois, les oiseaux (merles, rouge gorge, mésanges…) attirés par les graines placées  dans nos mangeoires,   l’écureuil qui vient nous rendre visite,                          -  les œuvres qui composent le GARDEN ART que je vais maintenant décrire.

1 Inuksuit :                                                                                                                                           

Les inuksuit (pluriel d’Inuksuk) sont les objets parmi les plus importants créés par les Inuits, les premiers habitants de l'Arctique canadien. Il s'agit d'une forme composée de pierres posées les unes sur les autres. Le terme inuksuk signifie <agir en tant qu'humain> (extension du mot Inuk, qui signifie être humain).  Ces formes de pierres occupaient les paysages temporel et spirituel. Parmi les nombreuses fonctions, elles servaient de guide d'orientation à la chasse et à la navigation, de points de repères, d'indicateurs et de centre de messagerie. De plus en plus les formes construites avec des pierres rappellent une forme humaine que les Inuits appellent inunnguaq, ce qui signifie <ce qui ressemble à un être humain>. Outre leurs fonctions terrestres, ces constructions avaient une connotation spirituelle et étaient l'objet de vénération, symbolisant souvent le seuil du passage spirituel des Inuits, qui savaient survivre sur la terre conformément à leurs traditions.                                                                                                                                              Les besoins des Inuit de créer des inuksuit étaient si fort, qu'on ne les retrouve pas uniquement dans les paysages terrestres, mais aussi dans les légendes, les contes, les dessins. Bon nombre d'Inuits qui ont vécu la plus grande partie de leur vie sur la terre, conservent un fort attachement pour les inuksuit, construits  sans que l'on puisse l'affirmer, par leurs ancêtres. Certains vieux inuksuit sont mentionnés dans les chansons de voyage transmises de génération en génération pour aider les voyageurs à se rappeler d'une série de directives lors de longs voyages.      Mes 5 INUKSUIT sont placés l’un dans la cour d’entrée de la maison, l’autre dans le patio, le suivant dans le jardin d’agrément, puis les autres jalonnent le terrain vers le Loiret. Le plus petit  est  réalisé à partir de roches provenant de mon CAMP MUAK au Canada, les autres plus importants réalisés  à partir de pierres récupérées sur place à Olivet. Ils me rappellent les valeurs dégagées par les INUIT , mes expériences canadiennes, mes aventures à travers le monde. D’autant  plus que nous avons composé un Inukshuk géant au bord du lac dominé par notre camp canadien. Ils communiquent tous entre  eux.  J’ai repris ce symbolisme de l’Inukshuk comme logo : L’HOMME QUI MARCHE (voir logo en tête).  En marchant vers le Loiret au fond du jardin, on découvre plusieurs INUKSUIT qui marquent le chemin… physique et spirituel …

2 COSMOLOGIE :    

                                                                                                                                                                                                                                   Un cadre rectangulaire vers le haut peint aux couleurs vives à la « MIRO » (rouge, jaune, bleu, vert) dans un décor végétal, qui évolue avec le temps et les saisons.  Un vinaigrier, un arbre dont le pied sert de support à la flèche verte, le rhododendron cachant une partie de sa base, la haie en arrière plan forment le décor végétal. Un nichoir installé sur l’érable veille à l’équilibre.  A l’intérieur du cadre la lune, le soleil, la terre, saturne, des étoiles, symbolisant  notre galaxie et le corps humain. La flèche nous invitant à sortir du cadre, symbolise l’existence de millions d’autres galaxies, et qu’un jour notre esprit ou notre âme sortira de notre corps pour aller OU ? !!!

 

3 Mont FUJI : Lien entre Terre et Ciel                                                                                             

Une butte en forme du volcan, avec en son sommet une plate-forme en bois duquel partent des bois flottés de différentes hauteurs. Le cadre représente le cratère du Mont Fuji où sont installés les Temples, les bois flottés symbolisent les arbres,  la forêt qui fait le lien entre Terre et Ciel. Ils symbolisent aussi le hasard qui façonne  l’évolution des espèces, notre vie, nos découvertes, … ordre, et une forme de désordre apparent, peuvent se lire à partir du positionnement des bois…  Le mont Fuji  est tapissé d’ardoises éclatées provenant de la gare à bateaux détruite par un arbre qui est tombé suite à une tempête …  

                                                                              ——————————

Le Musée Anthropologique de Mexico, le Musée des civilisations de Québec  ouvrent  à leur manière la réflexion concernant les anciennes civilisations qui ont façonné les Amériques. L’exposition du Musée de l’Homme à Paris nous questionne si  bien : QUI SOMMES NOUS ?  D’OU VENONS NOUS ?  OU ALLONS NOUS ?