Méditerranée

L'architecte Rudy Ricciotti de Bandol a côté de Toulon a conçu, dans les années 2004, le musée MuCEM (Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée) à Marseille. Tout simplement remarquable. Un cube habillé de dentelles de béton (résille) est relié à la partie ancienne par deux passerelles l'une  suspendue sur la mer Méditerranée au fort Saint Jean, l'autre au quartier du Panier.  Le visiteur qui arrive par la passerelle, sans voûte ni haubans, un simple trait de béton noir, arrive sur la terrasse au dessus de la mer Méditerrannée. Le Fort Saint-Jean construit au XVII siècle sous Louis XIV, à une fonction militaire jusqu'à la révolution française, puis devient une prison. La deuxième passerelle relie le Fort Saint-Jean au plus ancien quartier de Marseille, le quartier du Panier.  On peut d'une part faire le parcours historique du fort, et d'autre part celui du jardin des migrations, promenade botanique en quinze tableaux, et bien entendu visiter les expositions: Splendeurs de Volubilis montrant les bronzes antiques, et Le Monde à l'Envers montrant les carnavals et mascarades d'Europe et de Méditerranée. 

Si je suis passé par ce détour c'est pour introduire la Galerie de la Méditerranée. Fernand Braudel, La Méditerranée écrit:  <Qu'est -ce la Méditerranée? Mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d'innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres.>

Dans un premier temps on découvre l'homme et la nature et la naissance des dieux, qui nous rapproche de ma thématique Montagnes Sacrées. Vous avez sans doute lu et regardé les photos sur mon site : voir rubrique Nature et mon carnet de voyage au Canada, mon analyse concernant la relation entre nature avec le catholicisme, le bouddhisme et les croyances amérindiennes. Puis nous est présentée Jérusalem ville 3 fois sainte. Jérusalem est commune aux 3 grandes religions monothéistes de Méditerranée: sanctuaire du fils de Dieu pour les chrétiens, la cité du roi David et du second Temple pour les juifs ( dont le mur des lamentations est le dernier vestige) et enfin lieu de l'élévation vers les cieux du prophète Muhammad pour les musulmans. Jérusalem est un lieu saint, de recueillement et de pèlerinage. J'aurai tellement aimé démarrer <Montagnes Sacrées> par l'ascension du Mont Sinaï, mais les conditions géopolitiques ne le permettaient pas. 

Ci-après, découvrons Marc Chagall à partir de son très beau musée à Nice. 

 

 

Fin du pèlerinage des 88 Temples à Matsuyama

L'exceptionnel continue grâce a la qualite des rencontres: un homme de 50 ans environ marche à travers le Japon depuis 6 ans, on a marché 2 heures ensemble et visiter le Temple  Senyuji; je croise un couple de québécois qui m'ouvre leur maison à Québec , et un couple de japonais à qui j'ai demandé mon chemin au retour pour Imabari, me demande ce que j'ai fait depuis  quelques jours et m'invite à rentrer chez lui pour me reposer: thé froid et repas à base de nouilles et légumes délicieux … Que je suis enrichi de ces rencontres, que les japonais sont gentils, ouverts aux étrangers.

 
je suis arrivé de Imabari à Matsuyama, profitant de ma forme pour visiter 3 Temples. Dans l'un je rencontre deux hommes de Tokyo, amis dans le cadre de leur hobbies le Rakujo. Le Rakujo consiste à des joutes orales seul ou à deux qui peuvent durer plusieurs minutes, et faire rire…
 
Le cough surfing fonctionne bien, Nabi est venu me chercher à la gare centrale de Matsuyama (côte ouest de l'île de Shikoku, en face d'Hiroshima). Je profite de 2 heures d'attente dans la gare pour me reposer, la fatigue se fait sentir. On prend le taxi de la gare, il m'amène à son studio en m'expliquant qu'il me le laisse pour plusieurs jours. Nabi à un sens de l'accueil très poussé, il aime son pays, veut progresser en anglais. On mange un repas poisson dans un très bon restaurant japonais, et refuse que je paye en me resouhaitant la bienvenue, qu'il me dit en français. (39 ans, marié, ingénieur informaticien spécialisé dans les télécom, visiblement il travaille très fort). Il est tout content de ma satisfaction pour la société qui me loue la Pocket WiFi (Global advance communication), car elle appartient au groupe pour lequel il travaille.  Les japonais ont un respect, une fierté bien placée concernant l'entreprise pour laquelle il travaille.
 
La ville de Matsuyama est une grande ville 1/2 millions d'habitants, agréable , avec son Château, son Dogo Hot Spring, la plus ancienne source thermale (Onsen) du Japon (3000 ans d'histoire) . Selon la légende, Dogo Hot Spring fut découverte pendant la période des Dieux, quand un héron blanc, mis sa patte blessée dans l'eau jaillissant d'une fissure de roches, constata sa guérison. On voit le héron blanc sur le fait du toit du Dogo. Un grans écrivain japonais, Soseki Natsume a écrit dans un de ses plus grands roman <Botchan>. Une particularité attractive, en face de la gare du Dogo: l'horloge animée qui s'élève toute les demies heure, avec un joli carion, et des marionnettes qui miment plusieurs scènes de vie dont celle de prendre son Spa, a aussi son héron blanc. J'aime bien cette légende, car elle a une forte signification concernant les blessures tant physique que psychique que l'on peut avoir et réussir à guérir…
 
bien entendu, je continue ma tournée des Temples et visite hier mon 61 ème Temple Jōdoji (Temple Nº49). J'ai beaucoup apprécié l'atmosphère qui se dégage lors de ma visite du Temple Ishiteji (Nº51). Nombreux bâtiments et sculptures que l'on peut apprécier librement, nombreuses roches sont là tout simplement ou comme support de statues. Littéralement Ishite-ji signifie <Temple Main Rocheuse>. Une cérémonie privée se prépare …  Je rencontre une maman et sa fille d'origine Suisse, mais vivant à Moscou, on échange nos appréciations du Japon.
 
Je finis ma journée dans le Dogo Hot Spring, super moment de détente, relaxation dans ce bain d'eau chaude avec les japonais de tous âges, les bains sont distincts pour les hommes et pour les femmes. Le bâtiment est splendide. Même scénario aujourd'hui où je réussis à visiter 3 Temples supplémentaires le Nº48 Sairinji, 47 Yasakaji et le dernier me concernant le 46 Jōruriji. Au Temple Jōruriji, j'ai la chance de participer à plusieurs prières de pèlerins qui font les 88 Temples mais en autobus. Quelle ferveur, une jeune femme cadence avec un bruit (un peu celui des castagnettes), et une clochette. C'est une belle conclusion me concernant du pèlerinage des 88 Temples de l'île d Shikoku. Un peu trop en milieu urbain, et la marche sur l'asphalte n'est pas ma surface préférée. J'avoue que le pèlerinage Kumono Kodo, plus engagé certe, mais en pleine nature correspond mieux à mes attentes, même si lors de ce pèlerinage des 88 Temples, j'ai pu marcher des séquences très sympathiques, notamment sur l'aspect rencontre, convivialité, et n'oublions pas la montagne sacrée Ishizuchi.
Pour résumer, J.ai démarré le pèlerinage le 5 août au premier temple Ryozenji jusqu'au 35 ème Kiyotakiji, puis j'ai traversé l'île Shikoku en voiture pour redémarrer, après un bref passage à Okayama, au temple 77 Doryuji et finir au temple 46 Jōrunji le 17 août à Matsuyama. Il faudra revenir pour conclure des temples 35 au 45, et 77 au 88. 
 
Pour fêter mon 64 ème temple, et dernier Temple, je me suis offert un restaurant spécialisé crabe, génial. Et ensuite  bien évidemment une heure trente de Spa dans ce si beau quartier du Dogo. Le soir j'ai invité mon cough et sa femme à dîner dans un restaurant typique japonais où la nourriture est amenée par une chaîne continue qui dessert toutes les tables, et où commande directement sur un écran, une sonnette nous averti avec un plat support d'une couleur que notre commande arrive : varié (surtout en poissons et crustacés), bon et bon marché. (Suchiro). C'est un couple charmant, gentil comme tout.  
Je visite le parc, le musee et le Château de Matsuyama. Au musée un superbe tableau de Monet (Au cap d'Antibe), de Cézanne (Les reflets dans l'eau), Bonnard (portrait d'Anrdrée Bonnard) et des peintres japonais visiblement inspirés par l'école française (Yasui, Kishida, Sakamoto, Nakamura…) et des peintures du pure style japonais (Yamamoto, Murakami, Takeuchi, Hirafuku, Matsubayashi…)
Le Château perché en hauteur entouré d'un splendide parc , construit en 1602 par la volonté d'un grand guerrier Yoshiaki Katoh. Brûlé et reconstruit (1820 à 1854),  puis de nouveau touché par les bombardements de la guerre 39/45, et entretenu par la ville dans le respect du style architectural du Château. Quelques pièces originales notamment des armures de guerriers, des lances, des épées …
 
 
 
 

Nagoya port, aquarium, musées (Bateau Fuji, Boston Museum)

Nagoya, troisième agglomération du Japon, située sur la cote Pacifique, a souffert des bombardements de la seconde guerre mondiale (détruite pour plus du quart). L'essentiel de la ville est de construction récente. La ville est organisée selon un plan quadrillé orthogonal. C'est une des grandes capitales mondiale de l'automobile, étant le siège social du groupe Toyota.  Mitsubishi a aussi une très grande usine. L'électronique, l'aeraunotique, raffinage et sidérurgie et le bois, sont aussi fortement implantés dans l'agglomération de Nagoya. 

J'ai visité le port, (port container important), sa tour de contrôle où du sommet on a un très beau panorama de la ville, son aquarium public et son musée de l'Antarctique sur le bateau Fuji. L'aquarium est particulièrement beau, de par la grandeur des bassins principaux, leur propreté et la qualité de l'entretien du site. La diversité des poissons est vraiment mise en valeur. Je vous invite à lire mes propos sur <nature et sa diversité> dans le corps principal de mon site onglet montagnes sacrées. Outre la richesse de la nature de par sa diversité, de sa beauté, etc., ce qui m'interpelle c'est la forme d'intelligence de ces animaux présentés au public: dauphins, orques, bélugas, pingouins. Bien entendu cela me rappelle le Canada, un endroit que j'affectionne particulièrement, au confluant du fjord Saguenay et du fleuve Saint Laurent. Les explorations internationales et les recherches sur une meilleure connaissance de l'Antarctique sont aussi intéressantes et nous renvoi sur la nécessité de consacrer un effort important de soutien aux centres de recherche. Visiblement les japonais savent soutenir la recherche et montrer au grand public pour en avoir le soutien. Le bateau Fuji, est entretenu en son état initial restituant la vie sur le bateau de 1965 à 1983 avec des mannequins. (Photo sur le prochain article)

Le 18 juillet au matin je pars à pied à la Kanamaya station, une bonne heure de marche, pour visiter le Nagoya Boston Museum Of Fine Arts. J'ai pu apprécié l'exposition des <Sisters in Arts> montrant des tableaux peints par des femmes, ou par des hommes représentants des femmes. L'exposition est annoncée partout en ville par un tableau montrant une jeune femme peinte par Marie-Louise Elisabeth Vigée-Le Brun, française. Un certain nombre de référence française à travers Manet, Berthe Morisot, Édouard Degas, Marie Laurencin, et nombreux sont aussi des peintres américains. L'exposition est signée Malcom Rogers, Ann et Graham Gund director of museum de Boston. ( Clein d'œil à Nancy et Jacques…) Puis je monte à l'Institut d'Urbanisme de Nagoya pour voir la ville du 12 étage, et visiter une exposition sur l'histoire de la ville. Une belle maquette représente la ville de Nagoya. (Photos prochain article)